Monothéisme

Perse et biblique

Avec la rencontre de Cyrus et la sortie de l'Exil les rapatriés de Babylone doivent situer leur monothéisme face au monothéisme perse.

Qu'on puisse appeler le monothéisme perse (en interne) une monolâtrie ressort du fait que les Perses encourageaient (en externe) chaque peuple à garder son dieu tout en le hissant à la perfection de Mazda (cylindre de Babylone par Cyrus). 

Tout monothéisme accueillant aux autres dieux des autres peuples est une monolâtrie, compte tenu de cette tolérance en externe, tout en étant un monothéisme en interne. 

Ainsi en va-t-il de l'Eglise qui est un monothéisme (en interne pour les chrétiens) qui accepte qu'il y ait (en externe vis-à-vis des païens) d'autres formes de divinités, voire d'autres formes de ce même monothéisme (juif et musulman). 

Mais ce qui importe c'est que, pour les babyloniens et les exilés juifs, le régime des Perses qui s'impose comme monothéisme en interne (pour Cyrus et les pays conquis) est exclusivement un  monothéisme spirituel de la lumière (ou sagesse) qui se situe au-dessus de tous les dieux stellaires ou matériels contemporains. Le fait que, tout en n'étant en externe qu'une  monolâtrie, celle-ci soit perçue en interne comme un monothéisme, va contraindre Israël à lui opposer une autre forme de monothéisme spirituel sur le mode de l'Amour et non plus sur le mode de la Lumière. 

C'est en cela que la Perse sera le déclencheur du monothéisme pour Israël. 

Les publications de référence :

les_seuils_de_la_foi

Editions Parole et Silence et Université Catholique de Lille

En savoir plus
Le blasphème de JésusLe blasphème de Jésus
Les fondements bibliquesLes fondements bibliques
Entrer dans la foi avec la BibleEntrer dans la foi avec la Bible
Autre publication du père Jacques Bernard
Ressources théologiques et philosophiquesRessources théologiques et philosophiques